La Fintech, de quoi s’agit-il ?

La Fintech suscite de plus en plus d’intérêt tant de la part des opérateurs des services financiers, que de la part des académiciens. Sa taille est difficile à déterminer vue la multiplicité des définitions et de leurs divergences. Qu’est-ce que la Fintech ? Quelles sont ses origines ? Quelles sont ses principes ? Et Quels sont ses Business Modèles ? Le présent article va répondre brièvement à ces différentes questions.

 

Le US Financial Stability Board ( FSB, 2017) définissait la FinTech comme « une innovation financière technologiquement activée qui pourrait déboucher sur de nouveaux modèles commerciaux, applications, processus ou produits ayant un effet matériel associé sur les marchés financiers et les institutions, et la fourniture de services financiers ». Autrement dit, la Fintech est l'utilisation de la technologie pour fournir des services financiers nouveaux et améliorés tout en contournant, dans certains cas, les intermédiaires traditionnels dans l’offre de services financiers. Sa promesse est la réduction des coûts des services et l’amélioration du bien-être des consommateurs.

 

La Fintech trouve ses origines dans la crise de 2008, qui a commencé aux Etats Unis et s’est éclatée au reste du monde. Cette crise a représenté un vrai virage pour le secteur bancaire. Les banques commerciales ont connu une baisse de leurs performances et plusieurs ex- cadres banquiers se sont lancés dans des start-up qui ont rénové le monde de la finance grâce à la technologie. Les Fintechs ont alors vu le jour et ont continué à gagner de la place au détriment des services financiers classiques. Ainsi, selon les données citées dans un rapport de l’IOSCO[1], les investissements cumulés sont de plus de 100 milliards de Dollars dans plus de 8 800 sociétés de Fintech en Novembre 2016. De même, durant le premier semestre 2018, le secteur global des Fintech a levé 41,7 Milliards de Dollars.

 

Concernant ces business Modèles, la Fintech inclue le prêt en ligne (P2P), le crowdfunding et le crowdinvesting, les terminaux de transaction et de paiement, la gestion des finances personnelles (PFM), la monnaie numérique et la crypto-monnaie, le point de vente mobile (mPOS), les robots-conseillers, l'e-banking et Insurtech.

 

Par ailleurs, la crise sanitaire actuelle lié au covid 19 suscite de plus en plus de l'engouement pour la FinTech, surtout avec toutes les recommandations de la dématérialisation et de la transformations digitales de tous les services y compris ceux financiers. En effet, le terrain est plus que favorable ; le développement de la technologie des communications Web, le stockage informatique et à l’amélioration de la capacité de calcul des mégadonnées, la popularité croissante des téléphones intelligents, l'amélioration de la technologie de paiement mobile sont toutes des conditions favorables pour l’émergence de plusieurs modèles commerciaux de la Fintech dans notre société.

 

Selon un rapport semestriel établi par KPMG (2019), intitulé « the pulse of Fintech »[2] , la chine est le leader mondiale en terme de la taille du marché et le nombre total des utilisateurs de la Fintech.

 

Dans de prochains articles, nous détaillerons chacune des neuf domaines de la Fintech cités dans cet article.

 

Pr. BOUYZEM Meriem


[1] International Organization of Securities Commissions

[2] https://assets.kpmg/content/dam/kpmg/xx/pdf/2019/02/the-pulse-of-fintech-2018.pdf.